Passer directement au contenu principal

Microsoft inaugure son premier Centre de Transparence européen à Bruxelles

Karen  Verstappen

Karen Verstappen

Communications & Public Relations Manager

Temps de lecture, 2 min.

Cette semaine, Microsoft a inauguré son premier Centre de Transparence en dehors des États-Unis. Établi à Bruxelles, ce centre est ouvert aux collectivités publiques membres du Government Security Program, dont les Pays-Bas, l’Espagne, la Suède et la Commission européenne sont membres. Ceux-ci peuvent y analyser le code source d’un grand nombre de produits Microsoft dans un environnement sécurisé. Par ailleurs, Microsoft y partagera des informations sensibles sur la cybersécurité et un certain nombre de risques de sécurisation, et donnera accès à la documentation technique déterminante sur les services et produits de Microsoft.

« Les gouvernements du monde entier subissent des pressions qui les incitent à affranchir leur économie et leur infrastructure informatique des cyberattaques », constate Bruno Schröder, Directeur Technologie chez Microsoft Belux. « Afin de les contrer rapidement et effectivement, le partage d’information et la collaboration entre les secteurs public et privé sont essentiels. En ouvrant le Transparency Center, nous poursuivons le développement de notre programme de longue haleine qui garantit l’intégrité des produits Microsoft aux collectivités publiques. »

2015-Jun-1-Transparency-Center-Launch-Pre-launch-image-1024x661

Au Centre de Transparence, les autorités reçoivent non seulement l’accès au code source de logiciels fréquemment utilisés, mais également un aperçu de la vulnérabilité de leur infrastructure et de la manière de réagir aux incidents. L’information technique qu’elles peuvent y consulter leur permet de mieux sécuriser leur infrastructure informatique depuis la phase de développement jusqu’à sa maintenance.

« La sécurité numérique est un des piliers du monde numérique actuel » dit le ministre de l’Agenda Numérique Alexander Decroo. « Les efforts consentis en vue de protéger nos libertés et nos acquis exigent une action commune des collectivités publiques et des entreprises qui développent la technologie et la mettent à leur disposition. Gageons que le Centre de Transparence de Microsoft pourra y contribuer dans une très large mesure. »

20150603_microsoft-5

Il existe désormais deux centres de ce type dans le monde : le Transparency Center de Redmond et celui de Bruxelles. L’entreprise entend ainsi encourager les relations avec les gouvernements et les organisations internationales. Le centre est ouvert aux institutions publiques du monde entier qui sont membres du Government Security Program, qu’elles aient ou non conclu un contrat commercial avec Microsoft. Pour le moment, 42 institutions de 23 gouvernements en sont membres.

Vous trouverez un complément d’information dans ce blogpost de Microsoft.

Education