L’internet des objets : un scénario improbable ? Pas pour les habitants de Boulaide.

Olivier Carpentier De Changy

Si vous êtes convaincu(e) que l’Internet des Objets (IdO) n’est pas pour demain, jetez donc un coup d’œil à ce qui se fait dans le petit village pittoresque de Boulaide au Grand-Duché du Luxembourg. À première vue, rien ne suggère que ses habitants y font œuvre de pionniers et pourtant… Hé oui, tous les ménages y sont équipés d’un compteur d’eau intelligent, connecté au Cloud Azure de Microsoft.

Straat in Boulaide, met welkomsbord van het dorp.

Économiser malin grâce aux mégadonnées

 Grâce à ces compteurs d’eau, les relevés de compteurs de chacune des 600 maisons du village ne sont plus effectués manuellement, que ce soit par l’habitant ou par le personnel de la compagnie des eaux. Cette opération se fait automatiquement, réduisant ainsi considérablement les tâches administratives. La compagnie des eaux peut aussi contrôler directement la consommation chez l’habitant, ce qui facilite la gestion quotidienne et permet d’éviter d’éventuels scénarios catastrophe (tels que des ruptures de canalisations ou des affaissements de terrain).

Afbeelding van een warmtemeter.

Finies les mauvaises surprises

 Une simple fuite d’eau à la chasse de vos toilettes peut facilement vous coûter 500 euros par an en eau potable. Un coût qui n’apparaîtra que sur le décompte final et sera immanquablement source de frustrations et grincements de dents. Grâce aux compteurs d’eau intelligents et aux mégadonnées traitées dans le Cloud Azure de Microsoft, les habitants de Boulaide sont immédiatement informés de ce genre de problème. Il suffit pour ce faire d’un SMS ou d’un e-mail, mais aussi des interventions rapides assurent une gestion optimale de l’eau. Et c’est tout bonus pour l’environnement et le portefeuille.

L’analyse de ces mégadonnées permet une détection précoce des fuites et de problèmes aux canalisations, évitant ainsi des dommages tels que des affaissements de terrain dont les coûts de réparation peuvent être de l’ordre de plusieurs millions d’euros. Par l’analyse des mégadonnées générées par les compteurs d’eau intelligents, il est désormais possible pour la compagnie des eaux de facilement localiser des fuites d’eau en amont du compteur d’eau.

Durée de vie de la batterie : 18 ans

Le compteur d’eau intelligent fonctionne sur un réseau spécial pour appareils connectés (le réseau français Sigfox). Ce réseau se distingue des autres réseaux que nous utilisons tous les jours comme la 3G ou la 4G par sa consommation en énergie particulièrement basse. Cela permet par conséquent au compteur d’eau intelligent de rester connecté au réseau pendant au moins 18 ans sans nécessiter le remplacement de la batterie.

La Belgique n’est pas à la traîne

Les objets connectés ne sont pas une perspective lointaine et ne se cantonnent guère à des expériences à petite échelle. Anvers non plus n’est pas en reste dans ce domaine et compte déjà un millier de ce type de compteurs. L’objectif est que 20.000 ménages puissent bénéficier de ce système et que, dans la plus grande ville de Flandre, le problème des fuites d’eau fasse lui aussi partie du passé.

 

Essayez Microsoft Azure gratuitement

Commencez à élaborer votre prochaine idée de génie avec Azure

Apprenez de l’expérience de nos clients avec l’e-book Cloud Strategy

Articles qui pourraient vous intéresser :

Travailler dans le cloud

La migration de base de données qui vous aide à « surpasser les meilleurs »

Travailler dans le cloud

Quel cloud pour vous ?