Passer directement au contenu principal
Pulse
vue rapprochée d’une bouteille avec de la peinture bleue et verte

Deux entreprises qui ont réussi en changeant leur formule gagnante

Myriam Broeders

Myriam Broeders

Chief Technology Officer

Temps de lecture, 4 min.

On dit souvent que si quelque chose n’est pas cassé, il ne faut pas le réparer. À première vue, cela peut sembler particulièrement vrai si l’on est leader dans son secteur.

Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne déjà très bien et qui vous offre un avantage concurrentiel dans un secteur où de nombreuses sociétés s’efforcent de vous détrôner ?

La réponse réside dans le fait qu’il n’est plus possible de continuer comme auparavant, même si cela fonctionne à merveille pour votre entreprise. Les temps changent et si vous voulez continuer d’occuper une place à l’avant-garde, il vous faudra innover.

Traduction : s’ouvrir à de nouvelles façons de faire et employer des technologies pour y parvenir.

Surmonter les obstacles au changement

Il n’est pas toujours aisé de prendre les devants et d’innover. Il faut avoir du cran, mais aussi la volonté de repousser sans cesse les limites.

Prenons le cas d’AkzoNobel. Depuis de nombreuses années, cette société néerlandaise passionnée de peinture crée ses propres marques telles que Dulux et Polyfilla. Les tendances en matière de peinture et de couleur évoluent en permanence, ce pourquoi la capacité de l’entreprise à satisfaire les demandes actuelles à mesure qu’elles émergent repose sur un point essentiel : la prédiction des nuances.

Alors quand AkzoNobel a commencé sa réflexion sur la façon de faire évoluer sa méthode de prédiction des couleurs testée et approuvée, la suggestion de s’orienter vers les technologies d’apprentissage automatique proposées par Microsoft Azure n’a pas été accueillie positivement de prime abord par tout le personnel des laboratoires de la firme.

« Au départ, nous étions assez sceptiques au sujet des technologies d’apprentissage automatique et de ce qu’elles pouvaient concrètement nous apporter », confie Rob Reijers, responsable du développement global des applications couleur chez AkzoNobel. « Nous avons toujours pensé que nos modèles physiques », qui forment la base de la capacité de l’entreprise à prédire précisément les couleurs, « étaient les meilleurs possibles ».

« Alors pourquoi en changer ? »

L’innovation est la clé pour garder une longueur d’avance

L’industrie de la peinture est un secteur incroyablement compétitif. De nouvelles teintes sont créées chaque jour, et les fabricants de l’industrie automobile (entre autres) imaginent sans cesse de nouveaux finis pour doter leurs modèles d’un avantage sur la concurrence.

Voilà pourquoi, pour AkzoNobel, la quête permanente de l’innovation est plus importante que jamais et l’apprentissage automatique permet justement d’y contribuer.

« Nous avons été véritablement surpris de l’exactitude extraordinaire des résultats que nous avons pu obtenir grâce aux technologies d’apprentissage automatique, mais aussi par la vitesse d’obtention de ces résultats », affirme M. Reijers.

« Toute cette expérience a radicalement transformé mon point de vue au sujet de l’apprentissage automatique. Il nous a permis d’être bien plus créatifs. »

Lisez le récit complet d’AkzoNobel et découvrez comment cette entreprise néerlandaise de peinture a eu l’opportunité de décupler sa créativité grâce à l’apprentissage automatique.

Créer de nouveaux modèles économiques

Une autre entreprise qui a tiré profit d’une approche audacieuse à l’égard de l’innovation numérique est la filiale AgroEnergy d’Eneco.

Cette société néerlandaise est spécialisée dans l’exploitation optimale de serres depuis des décennies. Pourtant, elle est récemment devenue leader sur le marché des technologies agricoles en employant de façon révolutionnaire des technologies d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle.

Au fil de sa transformation depuis une entreprise d’énergie à l’esprit déterminé vers un prestataire de services moderne, axé sur les données, la firme a réalisé que les services technologiques qu’elle proposait désormais à ses clients dans le domaine des serres pourrait mener à la création d’une toute nouvelle entreprise.

« Nous avons eu une révélation en réalisant que cela pouvait donner bien plus que ce que nous avions jamais espéré », raconte Laurens van der Spek, directeur des technologies chez AgroEnergy.

La clé pour arriver à ce déclic ? AgroEnergy a fait preuve d’audace et a pris des initiatives afin de remettre en question les processus établis. Elle a ainsi amorcé une transformation qui introduirait des innovations alors qu’elle connaissait déjà la réussite.

Rapport gratuit - L’intelligence artificielle en Belgique et Luxembourg: comment 277 grandes entreprises européennes utilisent l’IA dans leur business.

Découvrez comment vos pairs en Europe occidentale et en Belgique, utilisent l’IA pour digitaliser et transformer leurs organisations.

Education

Finance

Government

Manufacturing

Retail

Santé

  • Le centre hospitalier ZOL est le premier hôpital à adopter le cloud

    Le centre hospitalier ZOL est le premier hôpital à adopter le cloud

    Le centre hospitalier Ziekenhuis Oost-Limburg, ZOL en abrégé, est le premier hôpital belge à confier toutes les données de ses patients au cloud. Une décision importante ? Oui, mais aussi une décision tout à fait logique. Capacité et coûts « Nous n’avions pas le choix », dit Peter Thijs en plaisantant. « Pour des raisons […]

  • Hôpitaux: cloud ou pas cloud?

    Hôpitaux: cloud ou pas cloud?

    Les hôpitaux sont confrontés à une inflation sans précédent des données. “Les progrès de l’imagerie, notamment, entraînent le traitement et le stockage de fichiers de plus en plus lourds”, relève Pierre Jacmin, CIO du Grand Hôpital de Charleroi. Pour Elena Bonfiglioli, Senior Director Health Industry de Microsoft, “le cloud est la meilleure façon de protéger […]